Cette année, mon petit frère cuisinier et moi-même (ex-pâtissière) -avec l'aide de ma soeur et de mon autre frère pour la partie recherche d'idées-, avons cuisiné ensemble une bonne partie du menu de Noël pour en gros une trentaine de personnes (oui, on a une grande famille !).
Un repas de Noël pas comme les autres, puisque tout ce que nous avons réalisé était végétalien !

Bon, on a pas non pu réussi à faire renoncer nos grands parents à faire un foie gras maison et à servir un chapon en plat principal, ça aurait été un trop gros scandale, mais il y avait à côté de ça bien assez à manger pour se passer des plats en question.

Mais alors vous vous demandez peut-être...

Pourquoi un menu Vegan ?

Alors déjà, la première raison est toute bête : depuis cette année, mon petit frère est vegan. Du coup, fin novembre, je pensais Noël, je pensais repas de fête (je ne pense qu'à manger, sachez-le), je déprimais à l'avance à la pensée du sempiternel volaille aux marrons (j'aime pas), pommes de terre/haricots verts et bûche pas terrible, et c'est là que je me suis dit "Mais au fait, que va manger Pierre ?" (mon frère vegan, vous l'aurez compris).

Du coup, on a enfilé nos cottes de maille et nos haumes, on s'est mis en selle, et on a pourfendu le menu de Noël traditionnel !
Et en mêlant nos créativités, je trouve qu'on est arrivé à quelque chose de pas trop mal pour une première fois, ma foi :)

Moi-même pas vegan, j'avais quand même plein de raisons qui me motivaient :

-d'un point de vue écologique et santé, réduire sa consommation de produits animaux est une très bonne chose ! Personnellement, j'essaye de tendre vers le végétarisme au moins chez moi. Je n'achète jamais de viande, et n'en mange qu'au restaurant ou si mon copain en achète trop pour lui tout seul. Je remplace le lait, que je n'ai jamais aimé, par du lait de riz ou d'avoine, voire de soja. Je ne consomme quasi jamais de yaourts, et j'essaye de limiter mon addiction au fromage et au chocolat au lait.
- j'aime les défis, la créativité, et les alternatives en cuisine
- je voulais montrer à ma famille très française qu'on pouvait se régaler tout autant avec une pâtisserie plus légère et saine, et que les produits animaux n'étaient pas indispensables pour faire de bons desserts (et plats, mais ce n'était pas ma partie)
- je voulais que Pierre -et tous ceux que le menu habituel ne comble pas de plaisir, moi compris- ne soit pas condamné à ne manger qu'un peu de salade et de légumes

(pour en savoir un peu plus sur le véganisme, je vous recommande l'excellent blog d'Antigone XXI, et plus particulièrement sa série d'articles très intéressante "Pourquoi Vegan ?" partie 1 - 2 - 3 - 4 et 5)

Bon, OK, c'est bien beau tout ça, mais à part de la salade verte ;-) ...

Qu'est-ce qu'on a mangé ?

Hé bien, plein de bonnes choses !

Déjà, dans notre famille, nous suivons pour le réveillon du 24 la tradition des 13 desserts provençaux. Au lieu d'un repas classique, on dîne tôt et d'une simple soupe, avant que ceux qui vont à la "messe de minuit" y aillent. Puis quand ils sont revenus, on fait un goûter avec chocolat chaud, brioche maison, viennoiseries et gourmandises diverses qui suivent plus ou moins les 13 desserts traditionnels, le tout avant la distribution des cadeaux.

Cette année, un chocolat chaud vegan réalisé par mon frère a remplacé le chocolat chaud classique au lait de vache. Et pour l'accompagner, j'ai fait ça :

DSC_2660

Une très bonne brioche à base de lait de coco trouvée chez Rose & Cook mais façonnée chez moi en forme de brioche tête, parce que ça va plus vite et qu'il y avait du boulot !

J'ai fait 2 fois la recette. Une partie fut utilisée pour la grosse brioche, le reste pour des petits roulés, garnis d'une crème pâtissière vegan faite au pif (avec 250 mL de lait végétal, maïzena, un peu de sucre complet et arôme vanille).

Pour les roulés, c'est tout simple, on étale des rectangles de pâte à brioche sur une épaisseur de 5 mm environ, on les recouvre de crème pâtissière (étalée en couche relativement fine) en laissant une bande sans crème d'environ 3 cm de large sur un bord (dans la longueur) et on répartit sur la crème, au choix :
- des raisins
- des pépites de chocolat et des éclats de noisette torréfiés
- de la cannelle et du sucre
- ce que vous voulez :)

On roule doucement, en finissant par la bande sans crème sur laquelle on passe un pinceau humide pour que ça colle bien, et on appuie un peu pour bien souder. On met les boudins obtenus au congel pour environ 20/30 minutes, et ensuite on les coupe en tranches d'1 cm d'épaisseur qu'on dispose sur une plaque recouverte de papier sulfurisé en les espaçant suffisamment. On les badigeonne de lait de coco sucré pour qu'ils prennent une belle couleur dorée à la cuisson.

Hop, au four préchauffé à 180°C pour environ 10/15 minutes (surveiller), et plus qu'à se régaler !

 

DSC_2670

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Sur la photo, vous pouvez aussi voir du sablé breton vegan et sans gluten, dont je n'ai pas la recette car il provient du boulot de mon frère, mais que j'ai servi avec une petite pâte à tartiner amande-lucuma qui a eu un succès fou !

la recette vient d'ici, et je vous la note parce que c'est tout bête :

Il suffit de mélanger 100 g de purée d'amandes blanche avec :
- 2 càs rases de lucuma
- 2 càc de sirop d'érable
- 1 pointe de couteau de cannelle
- 1 pincée de sel

Sur les sablés ou sur la brioche, c'était un délice, mais je suis sûre que c'est aussi très bon avec du bon pain !


Bon, je comptais vous mettre aussi le menu du déjeuner du 25 décembre, mais je me rends compte que cet article commence à être long.
La suite arrivera donc dans un autre billet, quel suspense !